Archives quotidiennes : 11 juin 2022

A la découverte d’un cours d’eau

Vues : 4

Accompagné par Annelise de la Maison de l’Eau et de la Rivière, les CE1 CE2 sont partis en forêt à la découverte de l’Eichel et de la biodiversité de la zone humide. Depuis la source de l’Eichel jusqu’à l’étang du Donnenbach, les élèves ont participé à diverses activités pédagogiques qu’ils vous présentent ici.

La source de l’Eichel

Nous étions à la source de l’Eichel. L’eau sortait de la roche en grès. On a placé un thermomètre dans l’eau pour connaître sa température. Elle était de 8,4 degrés. Le grès c’est quoi? Le grès est une pierre qui s’effrite. Nous avons frotté deux pierres de grès ensemble et nous avons obtenu du sable. Le grès est une roche perméable, cela veut dire qu’elle laisse passer l’eau. L’eau de l’Eichel, qui a traversé une couche de grès est acide. Louise et Louis

Un réseau hydrographique

Annelise a commencé par nous dire qu’on allait représenter un réseau hydrographique, tous ensemble! Nous avons dû bien écouter pour comprendre ce qu’il fallait faire et y arriver. En fait, nous avons représenté le chemin de l’eau de plusieurs sources jusqu’à la mer. Nous avons créé quatre sources, avec des ruisselets qui alimentent des ruisseaux qui se jettent dans deux rivières. Les rivières deviennent des affluents d’un fleuve, qui lui, va jusqu’à la mer. Le fleuve faisait des méandres en aval des sources et en amont de la mer. On trouvait des ripisylves près des ruisselets. Nous avons appris ce qu’est un réseau hydrographique et son vocabulaire. Maïna, Louisa et Bastien

De la source à la mer

Cette activité était de créer, par équipe, un cours d’eau de la source à la mer avec ce qu’on trouvait autour de nous : des bouts de bois, de la mousse, des pierres, des feuilles. On avait une carte avec des instructions : comment devaient être la source et les berges, le lit devait être déblayé, combien de méandres il fallait,… Une balle représentait l’eau. Pour que la construction soit réussie, la balle devait rester dans le lit du fleuve et arriver dans la mer. Chaque équipe y est arrivé.

Nous avons réutilisé le vocabulaire du réseau hydrographique. On a beaucoup aimé cet atelier. Julia, Jade et Colin

La pêche dans l’Eichel

Avec une épuisette, nous avons pêché des insectes aquatiques. Nous les avons mis dans une barquette pour pouvoir les observer. Nous avons trouvé des gammares, des larves de libellules, des larves de phryganes et des larves d’éphémères.

Si on trouve des larves de perles, d’éphémères ou de phryganes, on peut être sûr que l’eau n’est pas polluée. Sonia et Louis

L’écoute du tarin

Avant de finir la journée, nous sommes passés dans une aulnaie (forêt avec des aulnes). Nous nous sommes assis sur un ponton, qui enjambait l’Eichel. Dans cette ripisylve d’aulnes, nous avons écouté le tarin des aulnes. C’est un oiseau qui vient manger le strobile, le fruit de l’aulne. Nous l’avons entendu mais nous ne l’avons pas vu.

Une belle journée, très riche en apprentissages et en expériences pluri-sensorielles. Merci à Annelise.