Archives de l’auteur : Helened67

Des objets anciens à l’école

Vues : 19

C’était comment quand Mamie et Papi étaient petits? Pour mieux comprendre la vie quotidienne dans les années 1950, les enfants de CE1 des deux classes ont rapporté un ou plusieurs objets anciens. Après les avoir présenté à leurs camarades, les élèves ont rédigé de petites fiches explicatives destinées à l’exposition de ces objets dans notre musée.

On y trouve des objets permettant de conserver ou transformer la nourriture : une baratte à beurre, une gamelle pour le repas de midi, une clayette pour sécher les fruits, plusieurs “Milchkannelle” et un grand bidon à lait, des moulins à café, un hachoir à viande,… Y figurent aussi des objets utiles aux tâches ménagères ou au bricolage : des fers à repasser en fonte, une machine à laver, des vilebrequins, une burette à huile,… Un grand merci à la famille d’Eline qui a fourni de nombreux objets.

Aucun objet ne fonctionnait à l’électricité. Le plastique n’était pas encore utilisé. Certains objets comme la bouillotte ou la chaufferette à braises témoignent de l’absence de confort dans les maisons.

Le musée se trouve dans le couloir au premier étage de l’école. Il est ouvert tous les jours pendant les 10 minutes d’accueil du matin et de l’après-midi ainsi qu’à 11h30 et à 16H jusqu’au 1er juillet. Si votre enfant ou petit-enfant est au CE1, il se fera un plaisir de vous servir de guide.

A la découverte d’un cours d’eau

Vues : 4

Accompagné par Annelise de la Maison de l’Eau et de la Rivière, les CE1 CE2 sont partis en forêt à la découverte de l’Eichel et de la biodiversité de la zone humide. Depuis la source de l’Eichel jusqu’à l’étang du Donnenbach, les élèves ont participé à diverses activités pédagogiques qu’ils vous présentent ici.

La source de l’Eichel

Nous étions à la source de l’Eichel. L’eau sortait de la roche en grès. On a placé un thermomètre dans l’eau pour connaître sa température. Elle était de 8,4 degrés. Le grès c’est quoi? Le grès est une pierre qui s’effrite. Nous avons frotté deux pierres de grès ensemble et nous avons obtenu du sable. Le grès est une roche perméable, cela veut dire qu’elle laisse passer l’eau. L’eau de l’Eichel, qui a traversé une couche de grès est acide. Louise et Louis

Un réseau hydrographique

Annelise a commencé par nous dire qu’on allait représenter un réseau hydrographique, tous ensemble! Nous avons dû bien écouter pour comprendre ce qu’il fallait faire et y arriver. En fait, nous avons représenté le chemin de l’eau de plusieurs sources jusqu’à la mer. Nous avons créé quatre sources, avec des ruisselets qui alimentent des ruisseaux qui se jettent dans deux rivières. Les rivières deviennent des affluents d’un fleuve, qui lui, va jusqu’à la mer. Le fleuve faisait des méandres en aval des sources et en amont de la mer. On trouvait des ripisylves près des ruisselets. Nous avons appris ce qu’est un réseau hydrographique et son vocabulaire. Maïna, Louisa et Bastien

De la source à la mer

Cette activité était de créer, par équipe, un cours d’eau de la source à la mer avec ce qu’on trouvait autour de nous : des bouts de bois, de la mousse, des pierres, des feuilles. On avait une carte avec des instructions : comment devaient être la source et les berges, le lit devait être déblayé, combien de méandres il fallait,… Une balle représentait l’eau. Pour que la construction soit réussie, la balle devait rester dans le lit du fleuve et arriver dans la mer. Chaque équipe y est arrivé.

Nous avons réutilisé le vocabulaire du réseau hydrographique. On a beaucoup aimé cet atelier. Julia, Jade et Colin

La pêche dans l’Eichel

Avec une épuisette, nous avons pêché des insectes aquatiques. Nous les avons mis dans une barquette pour pouvoir les observer. Nous avons trouvé des gammares, des larves de libellules, des larves de phryganes et des larves d’éphémères.

Si on trouve des larves de perles, d’éphémères ou de phryganes, on peut être sûr que l’eau n’est pas polluée. Sonia et Louis

L’écoute du tarin

Avant de finir la journée, nous sommes passés dans une aulnaie (forêt avec des aulnes). Nous nous sommes assis sur un ponton, qui enjambait l’Eichel. Dans cette ripisylve d’aulnes, nous avons écouté le tarin des aulnes. C’est un oiseau qui vient manger le strobile, le fruit de l’aulne. Nous l’avons entendu mais nous ne l’avons pas vu.

Une belle journée, très riche en apprentissages et en expériences pluri-sensorielles. Merci à Annelise.

La visite du château de Lichtenberg racontée par les CE1/CE2 et les CP/CE1

Vues : 55

Jeudi 5 mai, les classes de CP/CE1 et CE1/CE2 sont allées visiter le château de Lichtenberg. Elles ont été accueillies par Gaëlle Messang, animatrice dans ce château qui leur a fait découvrir le château et quelques uns de ses mystères à travers un jeu de piste, une visite guidée et un atelier sur les objets de la vie courante au moyen-âge et quelques histoires passionnantes.

Le jeu de piste

Pour découvrir le château, nous avons participé à un jeu de piste pour résoudre un mystère. Nous étions groupés par équipes, une dirigée par Nadia Brahem, une autre par Didier Adolff et une troisième par maîtresse Hélène Daul. Chaque élève avait un livret dans lequel il y avait 6 missions. Chacune nous a permit de découvrir une partie du château. Un trésor était caché. Nous l’avons trouvé avec l’aide de Gaspard le lézard. Le trésor était une phrase à compléter : “La connaissance est le plus beau des trésors.” Cette phrase était cachée dans un coffre en bois dans la casemate. Nous avons mis deux heures trente à résoudre ce mystère. Julia, Salem, Ona, Bastien, Enzo

La visite-guidée du château

Gaëlle nous a expliqué que ce château était très vieux et qu’il appartenait à une famille très puissante qui possédait beaucoup de châteaux comme celui-ci. C’était la famille des Hanau-Lichtenberg.

Le château fort du Lichtenberg et ses défenses

Le château a été construit sur une colline de grès qui faisait partie du Saint Empire Germanique. Il a plus de 800 ans. C’est un château fort avec des meurtrières, des canonnières, des mâchicoulis, entouré par un fossé sec dans lequel il y avait des piquets pointus. Pour entrer, il fallait passer une première porte avec une herse, un tunnel courbe puis une deuxième herse. Un chemin de ronde et un très haut donjon permettait de voir approcher les assaillants.

Une meurtrière est une fente verticale avec un angle en forme de triangle pour empêcher l’ennemi de tirer à l’intérieur.

La canonnière est un trou pour le canon.

Le mâchicoulis est un trou par lequel on pouvait lancer de l’eau bouillante, du crottin, des pierres, tout ce qui pouvait gêner la progression des ennemis. Agathe, Louis, Léo, Colin, Lucia, André

Le château était aussi bien défendu grâce aux herses (grilles) et aux grandes portes en bois très lourdes qu’il possédait à l’entrée du château.

L’habitation du seigneur

Comment reconnait-on la maison du seigneur? On la reconnait grâce aux grandes fenêtres et aux fenêtres rondes qui étaient munies de vitraux. Elle possède un balcon sans mâchicoulis. Il y a des gravures qui décorent la façade. Il n’y avait pas de système de défense sur le bâtiment où habitait le seigneur. Sa maison était jolie. Sonia, Jade, Charlotte, Matthias, Alix

Au château il y a aussi une chapelle pour que le Seigneur et sa famille puissent prier. Ils priaient beaucoup au Moyen Âge.

La légende des frères ennemis

Il était une fois deux frères amoureux de la même fille. L’un des deux essaya de faire mourir l’autre de soif. Il enferma son frère qui n’avait qu’un peu de pain chaque jour mais comme les murs étaient en grès, il pouvait boire en léchant les murs. Quand son frère le découvrit, il l’enferma dans un cachot sec où le prisonnier mourut. Le premier frère s’en voulut tant qu’il se lança dans le vide entraînant avec lui le chapelain. Dans l’une des salles de la tour, on voit des têtes sculptées qui rappellent cette histoire. Louisa, Eline, Anna, Nathan, Timéo.

Les casemates

Les casemates sont creusées sous terre. C’était d’anciennes caves où on gardait la nourriture et le vin. Elles ont aussi servi pour stocker la poudre à canon. Pendant la deuxième guerre mondiale, les habitants de Lichtenberg se sont réfugiés dans les casemates quand le village était bombardé. Louise, Aimie, Léandro, Maïna et Louis

L’atelier des objets du quotidien

Gaëlle nous a présenté des objets et fragments d’objets qui ont été retrouvés au château pendant les fouilles. Nous avons essayé de deviner en quelle matière ils étaient fabriqué et à quoi ils avaient servi à l’époque des Seigneurs de Hanau-Lichtenberg. Il y avait des pots et des cruches en terre cuite, des pièces de jeux de sociétés, des morceaux d’un poêle en faïence, un boulet de canon en pierre taillée, des clous en métal etc…

Une initiation au ping-pong pour les CE1/CE2

Vues : 8

Motivés, les élèves de CE1/CE2 se sont rendus ce vendredi matin à la salle de la Zinsel où les attendait une initiation au tennis de table. Les enfants ont pu évoluer dans trois ateliers, encadrés par Mr Partouche, le papa de Timéo, entraîneur à l’association locale de ping-pong. Différents exercices mobilisant le maniement de la raquette dans des situations diverses ont été proposés. Maintenir la balle en équilibre sur la raquette sans ou avec déplacement, des jongles avec différentes variantes, des échanges simples… Apprécier la trajectoire et la vitesse de la balle, se placer à temps et réussir à renvoyer la balle… pas si simple! Des compétences visuo-motrices sont à travailler!!

Au bout d’une séance, les élèves ont pu constater eux-mêmes les progrès réalisés. Ils espèrent bénéficier l’an prochain d’un cycle complet de tennis de table. Cette initiation leur permet d’ores et déjà d’investir avec plaisir les tables de ping-pong récemment acquises par l’école.

Les CE1 CE2 plantent une haie

Vues : 126

Les élèves de CE1 CE2 ont invité Mr Edgar Ledermann pour leur apprendre ou leur rappeler comment planter une haie. Une haie ne se plante pas n’importe comment, ni n’importe quand.

En premier, il faut creuser un trou, pas trop profond. On peut avoir placé une bâche pour éviter que les mauvaises herbes n’empêchent les jeunes plants de pousser. Il faut ensuite placer l’arbuste dans le trou en faisant attention que les racines soient à ras du sol. On remplit le trou de terre et de terreau. Il faut tasser la terre pour que l’arbuste reste bien en place. Ensuite, il ne faut pas oublier d’arroser, même quand il pleut le jour de la plantation. Finalement, il faut attendre que ça pousse.

Julia, Agathe, Léandro et Louise

Julia, Agathe, Léandro et Louise

La haie et ses avantages

Vues : 9

A quoi et à qui sert une haie?

La haie offre de nombreux avantages aux animaux et aux humains. La haie est un refuge pour de nombreux animaux : les petits rongeurs, les lièvres, les hérissons, les renards, les chevreuils, les oiseaux. Elle les protège des prédateurs. C’est aussi comme une cuisine : les animaux, insectes, oiseaux, herbivores ou carnivores, y trouvent de quoi manger.

La haie protège aussi les animaux du vent, de la pluie, de la neige et du soleil. Elle est utile pour que les animaux se reproduisent.

La haie permet, en cas de fortes pluies, de lutter contre l’érosion. Elle apporte de l’oxygène aux êtres vivants.

Salem, Sonia et Louisa

Une mamie à l’école

Vues : 25

Mme Lilly Dollé, la mamie de Loris et Nathan, a gentiment accepté notre invitation à venir raconter à nos élèves de CP, CE1 et CE2 comment c’était de vivre à Dossenheim quand elle était petite. Nous avons embarqué avec elle pour un petit voyage dans les années 1950.

Avec des documents photos et un livret préparé par ses soins, Mme Dollé a proposé aux enfants des exercices divers qui leur ont permis de mieux se rendre compte de ce qu’était la vie d’un enfant il y a 70 ans. Mais aussi, photos à l’appui, l’évolution des maisons, des rues, du village au fil du temps et du progrès a été mis en avant.

Des photos de classe, des bulletins scolaires, l’observation de l’habillement, les classes filles-garçons séparés,… Des métiers exercés aujourd’hui disparus à l’équipement des ménages, en passant par l’approvisionnement en aliments et leur conservation… De nombreux thèmes de la vie de tous les jours ont été abordés.

Très intéressés, les élèves ont pu poser leurs questions et obtenir des réponses, réagir, commenter pour mieux intégrer cette vie autrefois si différente de celle d’aujourd’hui.

Cette intervention est venue compléter le travail de découverte du passé réalisé par les CE1. Elle a enrichi tous les enfants du CP au CE2 y compris les maîtresses!

Sur la photo de classe :

Enfants nés en majorité en 1950 et 1951 avec la maîtresse fraîchement nommée Melle FUCHS Jacqueline, épouse RICHERT ultérieurement.

3ème rang, de gauche à droite : Grüner Pierette, Lamps Esther, Wiss Evelyne, Heyd liliane, Kleitz Elise, Schnelle Odette, Beyer Rosa, Kleitz michèle, Krieger Lilly.

Au milieu : Kleitz Roger, Eckly Marguerite, Schmidt Emmy, Ging Jacqueline, Kleitz Brigitte, Grüner Patrick, Kleitz Jean-Jacques, Siegrist Sonia, Richert Michèle, Bastian Madeleine, Wiss Danièle, Grüner Jeanine, Choudar René.

1er rang, assis : Schaeffer Christophe, Clauss Roby, Beyer Rémy, Schellenberger René, Gutfried Madeleine, Geyer Edith, Reinhard Jean-Louis, Siegrist Richard, Griesbaecher Gérard.

Manque Mehl Marcel.

Une journée le long de l’Eichel

Vues : 6

La classe de CE1 CE2 est partie dans la forêt de La Petite Pierre lundi le 7 juin 2021.

Annelise Chazel qui travaille à la maison de l’eau et de la rivière nous a servi de guide tout au long de cette journée. Elle nous avait préparé des ateliers amusants de découverte autour du thème de l’eau.

D’abord, tous ensemble nous avons récolté du bois pour dessiner un fleuve, deux rivières , six ruisseaux et une mer. Nous devions placer des étiquettes de noms au bon endroit sur notre schéma de ces cours d’eau. C’est ainsi qu’Annelise nous a appris le vocabulaire de la rivière.

En cours de promenade, nous avons eu la chance de croiser un orvet. C’est un lézard sans patte. Il se déplace comme un serpent avec qui on le confond souvent.

Nous avons fait une pause à la source de l’Eichel. C’est là où l’eau sort de la terre. La source était entourée de grès. C’est pour cela, que l’eau est acide. La température de l’eau à la source est de 8,3°C. Quelques centaines de mètres en aval, la température à l’étang était de 18°C !

Plus loin, nous avons constitué 5 groupes. Chaque groupe devait réaliser une rivière avec une ripisylve, c’est une forêt à côté d’une rivière, des méandres, une cascade, un pont. Pour vérifier si les berges étaient assez hautes, on a pris une petite balle qui a serpenté dans la rivière pour atterrir dans la mer. Pour réussir cet atelier il fallait faire de la coopération, s’entendre et travailler ensemble. C’était trop génial!

Après le pique-nique de midi, équipés d’épuisettes, nous avons pêché des limnées, des larves d’éphémères, de perles, de demoiselle, de libellules, des planorbes, des nèpes, des phryganes. Il y avait énormément de gammares. Et beaucoup de pieds mouillés!!!

Nous nous sommes installés sur un pont de bois qui traverse une ripisylve faite d’aulnes pour écouter en silence le concert de nombreux oiseaux. Sur le chemin du retour, nous sommes passés près de la roche qui pleure.

Nous avons repris le bus, fatigués mais heureux de cette journée dans la forêt.

Le musée des CE1

Vues : 1

Comment vivaient Papi et Mamie quand ils étaient petits? C’est pour tenter de répondre à cette question qu’a émergé l’idée d’apporter des objets de la vie quotidienne du temps des grands-parents et arrières-grands parents.

Dans un premier temps, chaque enfant a présenté oralement le ou les objets qu’il a rapporté. A quoi ils servaient et comment on les utilisait? Nous avons tous observé que les matériaux dominants étaient le bois, la fonte ou le métal, point de plastique… Dans notre collection, le seul objet en plastique est un téléphone fixe datant de 1975.

Ces objets anciens, rares et précieux, sont exposés dans le couloir au 1er étage de l’école. Notre musée comporte des objets utilitaires tels bouillotte, pot à lait, moulins à café, fers à repasser, pilon presse-purée, machine à coudre, fers à friser, peigne à grès. D’autres objets destinés aux loisirs et à la culture complètent la collection : encyclopédie, crécelle, toupie, disques, encrier et plumes, pièce de monnaie et téléphone. Chaque objet est accompagné d’une notice explicative rédigée par les CE1.

Notre musée éphémère est ouvert les jours de classe de 7h50 à 8h, à 11h30, de 13h20 à 13h30 ainsi qu’à 16h. Accès et entrée (presque) libres. Port du masque obligatoire. Les objets regagneront leur demeure vers la fin juin.

A l’automne, on plante. Au printemps, on observe.

Vues : 0

Que sont devenus les pommiers que nous avons plantés à l’automne aux abords de l’aire de jeux? Ont-ils changé? Et comment?

Equipés de papier, de crayons et d’une gomme, nous voilà partis pour une séance d’observation et de dessin en extérieur.

En passant à proximité, il y a quelques semaines, nous avions déjà observé l’apparition de bourgeons. Cette fois-ci, les bourgeons s’étaient transformés en boutons de fleurs blanc-rose et en fleurs blanches. Nous sommes surpris que le deuxième pommier ne se développe pas au même rythme que le premier, il n’a pas encore de fleur.

Les arbres plus âgés qui entourent nos pommiers sont tous entièrement couverts de belles fleurs. Et là, surprise… Nous ne sommes pas les seuls intéressés : des abeilles et autres insectes pollinisateurs butinent à tout va!

Après ces observations et remarques collectives, suivies d’un rappel de vocabulaire et de connaissances préalablement acquises, chacun choisit une branche de l’un des arbres fruitiers alentour, s’installe confortablement et s’évertue à la représenter le plus fidèlement possible. Plus facile à dire qu’à faire! Certains adeptes de la règle, se rendent rapidement compte de son inutilité, d’autres usent et abusent de la gomme, insatisfaits par leur production.

Cette séance de dessin d’observation renouvelée dans quelques semaines sera source de multiples apprentissages en sciences. Au-delà de l’étude des transformations qui s’opèrent au printemps, elle permet également la prise de conscience de son environnement et de la valeur du vivant.

CE1 CE2 CORRECTION DU TRAVAIL DU VENDREDI 9 AVRIL

Vues : 0

Toute dernière étape avant de bien profiter des vacances, la correction du travail réalisé aujourd’hui. Le plus tôt sera le mieux…

Correction des CE1

Correction des CE2

Je souhaite à chacun de très belles vacances de printemps. Profitez de pouvoir sortir, vous promener, faire du vélo, jouer dehors… Faites le plein de plein air, oxygénez-vous, tout en pensant à vous protéger…

J’espère que nous nous reverrons tous le 26 avril. Bonnes vacances!

Hélène Daul

CE1 CE2 PROGRAMME DE TRAVAIL DE VENDREDI 9 AVRIL

Vues : 0

Dernier jour d’école à la maison avant les vacances!

Programme des CE1

Programme des CE2

Même si c’est bientôt les vacances, n’hésitez pas à m’envoyer votre travail. J’y répondrai comme toujours, ça me fait plaisir de voir vos travaux et aussi d’avoir un contact avec vous.

Je vous souhaite à tous une belle journée et déjà, avec un peu d’avance, de très bonnes vacances de printemps!

Hélène Daul

CE1 CE2 CORRECTION DU TRAVAIL DU JEUDI 8 AVRIL

Vues : 0

Bonjour à tous!

Je remercie tous ceux qui m’envoient leurs travaux sur la boîte mail et les félicite pour leur sérieux.

Voici la correction du travail de jeudi 8 avril :

Correction des CE1

Correction des CE2

Bon courage!

Hélène Daul

CE1 CE2 PROGRAMME DE TRAVAIL DU JEUDI 8 AVRIL

Vues : 0

Bonjour à tous!

J’espère que ça va bien. Voici le travail du jour :

Programme des CE1

Programme des CE2

Je vous rappelle que vous pouvez m’envoyer les travaux ou m’écrire au besoin via l’adresse mail de la classe.

Je vous souhaite à tous une bonne journée.

Hélène DAUL

CE1 CE2 CORRECTION DU TRAVAIL DE MARDI 6 AVRIL

Vues : 0

Voici les exercices corrigés. Il est important de ne pas faire l’impasse de ce travail de relecture et vérification. La correction permet le cas échéant de comprendre ses erreurs et de ne plus les reproduire.

Correction du travail des CE1

Correction du travail des CE2

Bonne continuation.

Hélène Daul