Les CE2/CM1 à l’exposition de pommes et de champignons

Vues : 49

Le 10 octobre, nous sommes allés à Bouxwiller pour apprendre plein de choses sur les pommes, les champignons et le miel. Il y avait différents stands de découverte où des adultes répondaient à nos questions. Une conteuse nous a raconté les histoires d’Isaac Newton et de Guillaume Tell, nous avons même pu essayer le tir à l’arbalète. Nous avons goûté des pommes ainsi que du jus de pommes. C’était bon!! Nous avons vu comment on récolte le miel. Il y avait plus de 165 sortes de champignons, certains étaient mortels!!! C’était très intéressant!

Léandro, André et Louis ; Jade et Matthias

Les pommes

Sur la table, il y avait 49 sortes de pommes différentes : des rouges, des vertes et des jaunes. Certaines pommes sont très sucrées, d’autres moins sucrées. Avec les pommes juteuses, on peut faire du jus. Il y avait des décorations faites avec des pommes. Nous avons trouvé la robe de pommes très jolie.

Anna, Elyne et Ona

Comment obtient-on du jus de pommes?

D’abord, on casse les pommes en mille morceaux avec un concasseur. Après, on place les morceaux dans le pressoir. Ensuite, on tourne une manivelle. La presse écrase les morceaux et le jus des pommes s’écoule. Enfin, on le récupère dans une carafe et on peut servir le jus dans des verres.

Emma, Sélèna et Léo ; Kenza, Eline et Alix

Les champignons

On compte environ 4 000 espèces de champignons en Alsace. Il y en a de toutes les couleurs, de toutes les formes. A l’exposition, il y avait des champignons comestibles, des champignons sans valeur culinaire, des champignons à éviter, des toxiques et des mortels. Un code couleur nous a permis de le savoir. En voici quelques-uns : lépiote élevée, coulemelle, cèpes de Bordeaux et vesse de loup : comestibles ; scéloderme et russule brûlante : à éviter ; lycogale saignant et ralipose bisannuel : sans valeur culinaire ; cortinaire et amanite tue-mouche : toxiques ; amanite phalloïde et paxille enroulé : mortels.

Bon à savoir : certains champignons ne se consomment que cuits.

Si on n’est pas sûr, mieux vaut ne pas y toucher et encore moins les cueillir!

Louisa, Jayson et Sonia ; Achille, Edgar et Timothée

Le miel

Après avoir butiné les fleurs, les abeilles retournent à la ruche et remplissent des cadres de miel. Puis, une fois que les cadres sont remplis, les abeilles les recouvrent de cire. Quand la ruche est pleine de miel, l’apiculteur extrait les cadres, enlève la couche de cire et place les cadres dans l’extracteur. L’extracteur fait tourner les cadres. Le miel est projeté sur le bord de l’appareil. On peut alors le mettre en pot.

Lucia, Aaron et Bastien

Share Button

Les commentaires sont fermés